Emmanuelle Retaillaud

Maître de conférences HDR en histoire contemporaine

Institut Universitaire de Technologie de Tours (IUT Tours), 29, Rue du Pont Volant, 37082 TOURS

Département Information-communication (INFO-COM)

emmanuelle.retaillaud-bajac@univ-tours.fr

Thèmes de recherche

  • Histoire du genre et des sexualités
  • Histoire de l’identité nationale
  • Histoire des déviances et des transgressions

Travaux en cours dont projets financés

Parcours professionnel et formation

– 2016 : Habilitation à diriger des recherches, Modernités, transgressions, cultures, sous la garantie de Dominique Kalifa, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Mémoire inédit La figure de la Parisienne, des années 1760 aux années 1960

– depuis 2003 : Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université François-Rabelais de Tours (Institut universitaire de technologie, département information-communication/ École publique de journalisme de Tours). Rattachée au CETHIS/HiViS.

– 2000-2003 et 1997-1998 : Enseignante en lycée et collège à Paris.

– 2000 :  Thèse d’histoire contemporaine, Drogues et usages de drogues dans la France de l’entre-deux-guerres, sous la direction de J.-L. Robert, université d’Orléans.

– 1999-2000 : Attachée temporaire d’enseignement et de recherches (ATER) en histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Lille.

– 1993-1999 : Allocataire monitrice normalienne (AMN) puis ATER en histoire contemporaine à l’université d’Orléans.

– 1992-1993 : Teaching assistant au département de français de l’université de Columbia  (New York, États-Unis).

– 1992 : reçue à l’agrégation d’histoire.

– 1988-1993 : élève de l’École normale supérieure (Ulm-Sèvres).

Bibliographie

ouvrages publiés

Les Paradis perdus, drogues et usagers de drogues dans la France de l’entre-deux-guerres, Rennes, PUR, 2009 , 478 p.

ouvrages dirigés

Les cinq sens de la ville, du Moyen Age à l’Epoque contemporaine (co-direction avec R. Beck et U. Krampl), actes du colloque de Tours, mai 2011, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, à paraître en mars 2013

— Clandestinités urbaines, les citadins et les territoires du secret (xvie-xxe siècles) (co-direction avec Sylvie Aprile), actes du colloque de l’université François-Rabelais, juin 2006, Rennes, PUR, 2008, 378 p.

articles depuis 2012

—  « Mireille Havet entre ombres et lumières », Passées sous silence. Onze femmes écrivains à relire, Patrick Bergeron (dir.), Presses Universitaires de Valenciennes, 2015.

— « Paris, ville femme, capitale des sens : l’élaboration du mythe de la sensualité parisienne au XIXe siècle », Les cinq sens de la ville, du Moyen Age à l’époque contemporaine, actes du colloque de l’université de Tours, mai 2011, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2013.

— « Entre chic et chien : les séductions de la Parisienne, de Jean-Jacques Rousseau à Yves Saint-Laurent », Genre, sexualité et sociétés, n° 10, automne 2013, http://gss.revues.org/

— « “Seule ma chair est insatisfaite, c’est pourquoi j’écris” : l’écriture de la sexualité dans le journal de l’écrivaine Mireille Havet (1898-1932) », actes du Colloques International de l’Université libre de Bruxelles, 19-20 mai 2010, Sextant, éditions de l’université de Bruxelles, n° 29, 2012, p. 51-59.

— « Le journal de Mireille Havet (1898-1932), source pour une histoire des sexualités lesbiennes et féminines en France, de la Belle Époque aux années folles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, décembre 2012.

— « La “petite poyétesse“ d’Apollinaire : la vie et l’œuvre de Mireille Havet au prisme du genre », Mélody Jan-Ré (dir.), « Le genre à l’oeuvre »,  Les cahiers du MAGE, novembre 2012.

travaux de vulgarisation

— Mireille Havet, l’enfant terrible, Paris, Grasset, 2008, 524 p.

— La pipe d’Orphée, Jean Cocteau et l’opium, Paris, Hachette Littératures, 2003, 230 p.

— Les drogues, une passion maudite, Paris, Gallimard, « Découvertes », 2002, 127 p.