Atelier – Les débuts de la monnaie de bronze dans le monde grec

rencontres internationales / les 16 et 17 novembre 2012 / 9h-17h30 / université de Tours / site Tanneurs

organisation :  Catherine Grandjean (Tours)

dans le cadre du projet MSH Val de Loire CeTHiS (Tours) / IRAMAT (Orléans) « Monnaies, métaux et finances »

avec la participation de : Maryse Blet-Lemarquand (Orléans), Louis Brousseau (Paris), Sophie Descamps (Paris), Raymond Descat (Bordeaux), Frédérique Duyrat (Paris), Thomas Faucher (Paris), Christos Gatzolis (Thessalonique), Pierre-Olivier Hochard (Tours), Koray Konuk (Bordeaux), J.H. Kroll (Austin – Oxford), Brigitte Lion affiche atelier monnaie - Copie copie(Tours), Aliki Moustaka (Thessalonique), Christel Müller (Paris), Hélène Nicolet-Pierre (Paris), Olivier Picard (Paris – Institut de France), Selenè Psôma (Athènes), Arnaud Suspène (Orléans)

De solides études existent sur l’apparition de la monnaie de bronze en Italie du Sud/Sicile, en Corinthie/Argolide, en Macédoine ou à Olbia, puis dans d’autres régions du monde grec. Les débuts de la monnaie de bronze ont souvent été décrits et mis en relation notamment avec les pratiques en usage dans les marges barbares ou avec les besoins liés à la guerre du Péloponnèse. L’adéquation de la monnaie de bronze avec les besoins financiers des cités et des royaumes a bien été mise en lumière aussi.

En revanche, la genèse de la monnaie de bronze n’a jamais été analysée dans sa globalité, et ce malgré le caractère très particulier de la frappe de ce métal : elle ne constitue pas en effet un développement anodin de l’histoire de la monnaie, mais un véritable basculement vers un type de monnaie dont la part de fiduciarité a rapidement été bien plus importante que celle des monnaies en métaux précieux. De fait, comme cela a été le cas lors de l’émission des premiers billets de banque dans l’Europe moderne, la frappe de monnaies de bronze a suscité des résistances bien attestées à Athènes . Elle induisait une capacité à penser la monnaie en tant qu’instrument d’échange structurant un lien social et non pas comme une forme de chrèma comme une autre ; de fait, la pensée de Platon et d’Aristote sur la monnaie, contemporaine de ce basculement, s’applique particulièrement bien à la monnaie de bronze.

L’ambition de cette rencontre est d’inaugurer une réflexion sur les débuts de la monnaie de bronze (chronologie, fonctions, valeur, circulation) en s’interrogeant notamment sur les relations des cités coloniales pionnières dans la frappe du bronze avec les populations non grecques voisines (échanges commerciaux, transferts culturels) ; la genèse des premières monnaies de bronze frappées en « vieille Grèce » et dans le reste du monde grec sera aussi au cœur de nos travaux, comme ce qui touche aux conceptions de la monnaie.

Quand la documentation antique et/ou les analyses élémentaires le permettront, on s’interrogera aussi sur les liens entre la métallurgie du bronze et la monnaie de bronze : le fait que Corinthe, Phlionte et Sicyone, cités réputées pour leur maîtrise dans le travail du bronze, aient été parmi les premières cités à frapper des monnaies de bronze pose en effet question.

L’objectif de cette rencontre est aussi de poser les bases d’une collaboration entre historiens du monde grec et d’autres sphères, entre numismates et spécialistes des bronzes antiques, qu’il s’agisse de la composition, de l’étude artistique et technique, de la genèse des collections et des problèmes liés à la conservation de ce type de matériel, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search