Soutenance de thèse de Mickenson François

Le 15 mai 2023 Ι 13h30 Ι Université de Tours, site CESR Ι salle Saint Martin

Résumé

Après l’indépendance d’Haïti (1804), les leaders de la Révolution (1791-1804) et certains privilégiés ayant fait des études en France, prennent la direction de la jeune nation, pour former l’élite politique et intellectuelle du pays. Obsédée par l’idée de présenter Haïti comme un pays civilisé, à l’instar du modèle que représente la France, cette élite haïtienne adopte le catholicisme comme religion d’État par opposition à la religion populaire qu’est le vodou. Or un grand nombre au sein des élites, tout en affichant un « catholicisme de surface », continue à pratiquer le vodou. Quant au clergé catholique, issu du concordat de 1860 et formé en grande partie en France avec la mission de « civiliser » le pays, il ne parvient pas à éradiquer le vodou malgré plusieurs campagnes organisées contre la religion populaire à la fin du XIXet au début du XXsiècle. Ce qui n’empêche pas l’Église catholique de gagner en influence en Haïti. Son importance croissante explique l’inefficacité d’un discours anticlérical au sein des élites, inspiré par le combat contre l’Église catholique en France, ainsi que l’absence de toute législation laïque.

Cette thèse met en lumière la pratique du vodou en Haïti au XIXsiècle à travers une démarche anthropologique et historique. Elle étudie les rapports des élites haïtiennes avec l’Église catholique, la communauté protestante ainsi que la franc-maçonnerie. Elle soulève également le paradoxe de l’implantation d’un clergé en Haïti (1860), alors que le pays est considéré par le Saint-Siège comme une terre de mission.

 

Summary

After Haiti’s independence (1804), the revolutionary leaders (1791-1804) and some privileged people who had studied in France led the young nation. They constituted the political and intellectual elite of the country. Obsessed with the idea of presenting Haiti as a civilized country, like France, their model, the Haitian elites adopted Catholicism as the state religion and opposed to voodoo. However, many personalities of the elite continued to practice the popular religion while displaying a “surface catholicism”. The clergy, resulting of the concordat (1860), educated mainly in France with the mission to “civilize” the country, failed to eradicate voodoo despite of several campaigns against it, in the late 19th and early 20th centuries. That didn’t prevent the Catholic Church from gaining influence in Haiti. Its growing importance can be explained by the ineffectiveness of an anticlerical discourse of the elites, inspired by the French anticlerical movement, and by the absence of any secular legislation.

This research studies the voodoo’s practice in Haiti in the 19th century through an anthropological and historical approach. It analyses the relationship of Haitian elites with the Catholic Church, the Protestant community and Freemasonry. It also raises the paradox of the establishment of a clergy in Haiti (1860), a country considered by the Holy See as a land of mission.



Citer ce billet
L'équipe du CeTHiS (2023, 10 mai). Soutenance de thèse de Mickenson François. CeTHiS. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mlkq

2 réponses

  1. Davidson LOUIS dit :

    Déjà bonne chance docteur François Mickenson.
    Que ce jour arrive vite pour ce grade de Docteur en histoire👌
    Toutes mes félicitations 👏👏👏💯

  2. Guenel Gabriel ORNELUS dit :

    Bonne continuation collègue François. Nous sommes tous (les bruleurs) tres fiers de toi. C’est quand même un pas de géant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search