Colloque – Crises politiques et reconfigurations des fidélités

Les élites de la monarchie hispanique des Guerres d’Italie à la Guerre de Succession espagnole.

les 3 et 4 juin 2021 / en visioconférence sur inscription

Colloque international organisé par Albane Cogné (IUF, CeTHiS, Tours) et Héloïse Hermant (IUF, CMMC, Nice)

La rencontre s’insère dans le projet Elitesit (École française de Rome, 2017-2021) et vise à évaluer les effets des crises politiques sur les élites italiennes de la monarchie espagnole. Au-delà des territoires italiens, il s’ouvre également à d’autres espaces dans une perspective comparative utile pour saisir les spécificités de l’objet d’étude.

Des Guerres d’Italie à la Guerre de Succession d’Espagne, les territoires italiens connaissent de nombreux bouleversements politiques et leurs élites se trouvent confrontées à plusieurs reprises à des choix de positionnement qui peuvent s’avérer déterminants pour leur avenir. Dans un premier temps, les Guerres d’Italie accroissent leur insertion dans les clientèles monarchiques internationales, aboutissant majoritairement à leur captation par Charles Quint aux dépens du roi de France, dans le cas du Royaume de Naples et du Duché de Milan. Il sera alors intéressant de mettre en regard les comportements des élites de ces territoires à ceux des îles sarde et sicilienne pour lesquelles les relations avec la Couronne aragonaise sont bien plus anciennes. Ou encore, avec celui des élites navarraises confrontées au droit de conquête et contraintes de s’adapter à un changement de souveraineté.

En Sicile, une série de révoltes éclatent à l’avènement de Charles Quint. Elles pourront faire l’objet d’une étude comparative avec d’autres mouvements similaires et contemporains qui marquent un grand nombre de territoires de la monarchie hispanique et qui s’étalent, pour certaines, sur plusieurs années (Comunidades, Germanías de Valence et des Baléares, etc.). Lors des crises du milieu du XVIIe s. (en particulier les révoltes de Naples et de Palerme en 1647 puis de Messine en 1674), les liens avec la France semblent se réactiver, exacerbant les conflictualités. Comment se tissent alors ces relations et quelles motivations peuvent expliquer les choix des grandes familles ? Au même moment, quelle est l’attitude des élites catalanes et comment se recomposent-elles pendant et après la révolte de 1640 ? Et qu’en est-il des élites génoises, liées aux élites espagnoles par de puissants réseaux marchands et financiers ?

Une troisième période voit se poser le problème de la succession au trône d’Espagne. Si l’adhésion aux Habsbourg, au cours des Guerres d’Italie, semblait avoir signé le destin de quelques grands lignages, celui-ci se trouve remis en cause au moment de la Succession espagnole. Il est alors intéressant d’envisager les éventuelles reconfigurations des réseaux existants, contraignant (ou non) les grandes familles italiennes à se positionner vis-à-vis des Habsbourg de Vienne ou des Bourbons. Quelles différences observe-t-on selon les territoires italiens et quelles sont les spécificités de ceux-ci face aux autres royaumes de la monarchie hispanique, tous impliqués dans une guerre qui devient planétaire ?

Inscription : albane.cogne@univ-tours.fr

Consulter le programme : programmeA4-Crises-politiques-26-05-2021-WEB


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search