Compte-rendu – Journée d’études à Blois « De la drachme au bitcoin »

A l’instigation du CeTHiS, la monnaie a été mise à l’honneur lors des derniers Rendez-vous de l’Histoire de Blois, avec l’organisation d’une journée d’études intitulée « De la drachme au bitcoin : la monnaie, une innovation en perpétuel renouvellement ». La monnaie, et plus largement le fait monétaire, ont été au cœur des réflexions des économistes et des historiens, dans le cadre fixé par les Rendez-vous de l’Histoire : l’invention, l’innovation, la découverte.

Mme Catherine GRANDJEAN (Tours) a introduit la journée en rappelant que la monnaie constitue une source particulière, à la fois objet d’échanges mais surtout outil du lien social, et qui par conséquent évolue. Elle a rappelé que les sciences sociales prêtent et doivent prêter une attention particulière à la définition des termes tels qu’invention ou innovation, afin d’en appréhender toutes les facettes. Mme GRANDJEAN a aussi rappelé que les différentes communications seraient réunies et publiées dans les Dialogues d’Histoire Ancienne.

La journée a naturellement commencé par les débuts de la monnaie frappée dans l’Antiquité. La communication de M. Pierre-Olivier HOCHARD (Tours) a pu ainsi évoquer la question délicate de l’origine de la monnaie, traitée de façon très différente au gré des évolutions de l’historiographie. Ainsi, il paraît aujourd’hui plus pertinent de voir en la monnaie une innovation plus qu’une invention, étant donné que la fiscalité et l’échange ne sont que des fonctions parmi d’autres de la monnaie. L’importance de l’approche anthropologique et culturelle se retrouve également dans l’adoption du monnayage par la République romaine, présentée par M. Arnaud SUSPENE (Orléans). M. SUSPENE a mis en évidence qu’en termes monétaires, les Romains furent à la fois innovants avec l’invention d’un système monétaire organisé autour du denier, à la fin du IIIe s. avant J.-C., et en même temps profondément conservateurs en ce qui concernait l’iconographie monétaire.

Cette idée de conservatisme dans les pratiques monétaires constituait également le fil directeur de l’intervention de M. Yves COATIVY (Brest) sur la fabrication des monnaies, qui ouvrait la seconde partie de la journée d’étude (Crises, innovations et pratiques monétaires). Le constat de M. COATIVY est que si les innovations techniques furent parfois très nombreuses, leur adoption a été très souvent freinée soit par corporatisme (c’est le cas des monnayeurs français au Moyen Âge et à l’époque moderne), soit par résistance au colonialisme en Asie du Sud-Est. L’exposé de M. Bruno THERET (CNRS, Paris-Dauphine) a permis quant à lui d’approfondir la question de la relation entre une monnaie unitaire et centrale, et des monnaies fédérales de petites dénominations dans les provinces argentines. M. THERET a montré que ces émissions de faibles valeurs exprimaient, au sein d’un Etat fédéral, la redistribution des ressources et de la fiscalité entre les différents pouvoirs argentins, notamment en cas de crise. La monnaie est en effet un excellent outil pour étudier l’usage politique des mécanismes économiques, particulièrement par les faux-monnayeurs, pour M. Ludovic DESMEDT (Bourgogne-Franche-Comté), au XXe siècle. La communication de M. Vincent DROST (docteur en histoire et numismatique romaines) qui lui succédait a mis en évidence le fait que, dans le Nord de la Gaule, les monnaies de petites dénominations circulent même après la fermeture des ateliers du Sud de la Gaule et du Nord de l’Italie, preuve de la persistance d’une économie monétaire locale malgré les aléas politiques dans l’Empire romain. Enfin, pour clore cette seconde partie, M. Marc BOMPAIRE (EPHE – CNRS IRAMAT) s’est intéressé à une innovation fondamentale, le seigneuriage, pratique ancienne mais qui a connu un nouveau développement au Moyen Âge sous Philippe le Bel pour augmenter les revenus du trésor royal au moment de la frappe.

Enfin, la journée d’études s’est achevée par des exposés consacrés aux petites monnaies, dont le rôle et la place méritent un intérêt tout particulier. A l’époque classique, le monde grec innove en se dotant progressivement, à un rythme variable selon les régions, de petites dénominations en bronze, d’abord sous la forme d’objets puis de monnaies coulées et frappées. Mme C. GRANDJEAN a d’autre part montré que c’est dans les marges du monde grec, en Sicile et dans le Pont-Euxin, au contact des populations autochtones, que ces monnaies sont apparues. Cette remarque souligne à nouveau la diversité des fonctions de la monnaie. La communication de M. Jérôme JAMBU (Lille – BnF) a également souligné le rôle du pouvoir royal dans la création d’une petite monnaie fiduciaire en France (XVIe-XVIIe s.). Sous couvert de charité, mais en réalité par intérêt fiscal, le pouvoir royal a progressivement imposé l’usage de menues monnaies en cuivre. La dernière communication, exposée par M. Patrice BAUBEAU (Paris-Nanterre), s’est attachée à démontrer qu’au XIXe siècle, la Banque de France avait utilisé l’émission de billets de petites valeurs pour tenter d’atténuer les effets des crises, comme les débuts difficiles de la Troisième République. La valeur varie fortement, de même que l’ampleur de la diffusion, en fonction des crises : c’est la preuve pour M. BAUBEAU que la petite monnaie poursuit, encore une fois, des objectifs essentiellement politiques.

Arnaud MANAS (Banque de France – Paris-Sorbonne) a conclu la journée d’études. Son approche fut dans ce contexte, originale, car il a rappelé la grande permanence d’un objet qui a finalement peu évolué, malgré les inventions et innovations de tous types. Une belle façon d’attirer l’attention sur les interrogations qui persistent à son égard et que la journée d’études aura mises en valeur.

 

Pierre Bourrieau , doctorant du CeTHiS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.