Soutenance de thèse d’Alexandra Cony

le 10 avril 2017 / 14h / salle des Actes, site Tanneurs

Alexandra Cony soutiendra sa thèse intitulée Les terroirs en Gaule à la fin de l’âge du Fer le 10 avril prochain en salle des Actes à 14h. Le jury est composé de Philippe Barral (Besançon), Sylvie-Crogiez-Pétrequin (Tours), Stephan Fichtl (dir. Strasbourg), Colin Haselgrove (Leicester), Sophie Krausz (Bordeaux) et François Malrain (Inrap).

En France, depuis les années 1960, et plus particulièrement depuis une vingtaine d’années, l’intensification des prospections aériennes et le développement des fouilles préventives dans le cadre de l’aménagement de zones d’activités humaines ont permis de s’interroger sur le fonctionnement des campagnes de la fin de l’âge du Fer. De véritables espaces agricoles structurés, pouvant s’apparenter à des domaines ruraux, semblent se mettre en place à partir de La Tène moyenne : nous les avons nommés « terroir ».

Dans le cadre de cette thèse de doctorat, treize terroirs bien documentés ont été sélectionnés et étudiés de manière homogène dans le but de caractériser ce phénomène et d’en comprendre le fonctionnement. La « mise en terroir » des campagnes gauloises se révèle être un phénomène long prenant ses origines de la fin du premier âge du Fer et s’étendant parfois jusqu’à l’époque romaine. Il implique une volonté de regroupement des populations et des activités menant à une exploitation concertée d’un territoire. Plusieurs espaces fonctionnels ont été définis : domestique, agraire, funéraire, cultuel, artisanal, viaire. L’analyse de leur morphologie permet d’aborder plusieurs hypothèses comme la standardisation des enclos domestiques, la répartition des espaces agraires, artisanaux et cultuels, la hiérarchisation de la voirie ou encore la gestion des morts. Il a également été possible de discuter et caractériser les activités et le statut des habitants. Les quelques terroirs étudiés s’insèrent parfaitement dans le paysage permettant également de travailler sur la superficie de ces domaines. À partir de toutes ces données, il a finalement été possible de définir des critères d’appartenance d’un espace domestique à un terroir et de les replacer dans un contexte archéologique plus large afin d’aborder les liens existant avec les autres sites contemporains.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *