Exposition – Martin de Tours, le rayonnement d’une cité

Exposition au musée des Beaux Arts de Tours – 8 octobre 2016/8 janvier 2017

Depuis le 8 octobre 2016, une grande exposition consacrée au rayonnement de la figure martinienne, « Martin de Tours, le rayonnement de la cité », est présentée au musée des Beaux Arts de Tours. Il s’agit d’une exposition financée par la Ville de Tours, dans le cadre de l’année martinienne, et bénéficiant d’une reconnaissance d’intérêt national par le ministère de la Culture. 120 œuvres environ sont présentées : manuscrits, peintures, objets d’art, reliquaires, vitraux, tapisseries, dessins, estampes, sculptures, mobilier archéologique… du IVe au XXe siècle. L’APR « Figure martinienne », portée par le CeTHiS, a joué un rôle très important dans la préparation de cette exposition. Au sein du commissariat scientifique on y trouve en effet Bruno Judic et Christine Bousquet. Ils ont contribué à définir le thème fondamental de l’exposition, le rayonnement de saint Martin, ainsi que la déclinaison de ce thème à travers quelques grandes catégories, De Sabaria à Candes, la Charité et les miracles, les hauts lieux martiniens, saint Martin source d’inspiration intellectuelle et artistique, les chemins de saint Martin. En outre les contributions à l’exposition et au catalogue ont concerné aussi des participants au colloque sur la Figure martinienne, en particulier Ferenc Toth, de l’Académie des Sciences de Hongrie, ou Sylvie Labarre de l’université du Maine. Comme pour le colloque des 12-15 octobre, le commissariat de l’exposition montrait aussi la collaboration entre le CeTHiS et CITERES-LAT représenté par Elisabeth Lorans.
affiche-martin-de-tours-le-rayonnement-de-la-cite
Il est bien sûr impossible de passer en revue l’ensemble des œuvres rassemblées dans cette exposition. On peut souligner la présence de manuscrits contenant le Martinellus, c’est à dire la réunion en un seul ensemble des œuvres martiniennes de Sulpice Sévère (Vita, lettres et Dialogues) avec différents textes postérieurs, versets de la basilique, extraits de Grégoire de Tours, poème de Radbod d’Utrecht, etc… ainsi un manuscrit produit du scriptorium de la basilique tourangelle vers 835 aujourd’hui à la bibliothèque nationale (Paris BNF lat. 10848), ou encore le manuscrit 1018 de la bibliothèque municipale (XIe siècle avec un décor ajouté à la fin du XIe siècle et au XIVe siècle). On y trouve aussi un sacramentaire de Fulda (aujourd’hui à Udine, Frioul) avec une miniature de la Charité réalisée dans la deuxième moitié du Xe siècle, c’est la plus ancienne représentation de la Charité connue de nos jours. Parmi les œuvres de la fin du Moyen Âge, on note en particulier une « messe de saint Martin » peinture du XVe siècle, conservée aujourd’hui à la Galerie Nationale de Budapest, et qui fut réalisée sans doute en Hongrie ou pour une église hongroise. Le miracle des « bonnets » est beaucoup moins connu que la Charité d’Amiens mais il est très important dans le contexte iconographique et théologique de la fin du Moyen Âge. La Hongrie a prêté aussi une Charité du XVe siècle, très belle expression de la figure martinienne par les couleurs, les tissus et les détails du tableau. Le catalogue reprend tous les objets présentés accompagnés de notices très précises et contient en outre plusieurs essais sur différents aspects du thème martinien.
Pour consulter le dossier de presse : martin-de-tours-le-rayonnement-de-la-cite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *