Journée d’études – Prêtres et associations religieuses dans les cités de Macédoine et d’Asie Mineure dans l’Antiquité

Tours / 13 mai 2016 / université François-Rabelais / site Tanneurs, BU, 5e étage / 9h30 – 16h

Journée d’études organisée par Julien Demaille (CeTHiS-Mondes anciens – ATER)

Prêtres et associations religieuses dans les cités de Macédoine et d’Asie Mineure

Compositions sociales, fonctions civiques et manifestations identitaires à l’époque hellénistique et romaine

     affiche séminaire Master ancienne defLe phénomène associatif en Macédoine et en Asie Mineure (tout comme en Grèce balkanique et égéenne) prend une ampleur toute particulière à l’époque hellénistique et romaine. Les associations religieuses s’inscrivent naturellement dans ce mouvement[1]. L’historiographie de la question a connu, ces dernières années, des développements importants[2] : les chercheurs considèrent désormais que l’essor sans précédent des associations cultuelles à l’époque hellénistique, essor qui se poursuit à l’époque romaine, reflète l’évolution profonde de la religion, et qu’il accompagne les transformations de cités déjà intégrées ou en cours d’intégration dans le cadre impérial romain[3].

     La recherche s’est particulièrement intéressée aux associations bacchiques et notamment au thiase, type de groupements auquel l’historiographie anglo-saxonne a récemment donné le nom d’« associations privées et volontaires »[4], qui constituaient des « groupes de référence » dans les cités[5]. Il existait, pourtant, un grand nombre de confréries religieuses, de natures très différentes, honorant des divinités tout aussi variées. Il convient de donner à notre objet d’étude une définition large, sans restreindre l’analyse à telle ou telle divinité. À côté des associations religieuses de type thiase, qui honoraient généralement, mais ce n’est pas toujours le cas, des divinités qui n’occupaient au sein du panthéon local qu’une place de second rang, parce qu’elles provenaient souvent d’ailleurs, il est possible de prendre en considération les collèges religieux qui avaient pour objet les cultes dits « officiels » de la cité, mais aussi les sociétés religieuses de type koinon qui avaient, à l’échelle suprapolitique, un rôle essentiel.

     Chaque association, parce qu’elle fait partie de la cité, possède un rapport particulier à la société civique. Chacune d’elle fait connaître son existence et ses activités par l’utilisation de l’écriture monumentale ou encore par l’érection de statues. Les documents épigraphiques (décrets, dédicaces, statuts, catalogues, offrandes votives…) devront permettre d’analyser l’organisation, les statuts, les tâches assignées à certains, les décisions prises par l’association… Ces inscriptions pourront donner lieu à des développements prosopographiques : est-il possible de dresser le faciès social des membres de ces associations ? La composition sociale de ces associations est-elle différente selon la divinité honorée et les périodes concernées ? De quel statut social et culturel le prêtre d’un collège religieux peut-il se prévaloir ?

      L’ambition de cette rencontre scientifique est d’aborder la question des associations cultuelles non seulement d’un point religieux, mais également à travers un prisme social et politique, qui permettra, notamment, d’étudier le profil social des fidèles et des prêtres, ainsi que les relations qui pouvaient exister entre la cité et les associations religieuses. Les problématiques liées à la question des élites, que la fonction de prêtre sous-entend la plupart du temps, devront, également, être privilégiées. L’ambition de cette journée est, enfin, de proposer un changement d’échelle : dépassant le cadre infra-civique des associations cultuelles de type thiase, il sera intéressant de porter l’analyse au niveau supra-civique par l’étude d’associations religieuses de type koinon régional dont les enjeux identitaires prennent une autre dimension.

Affiche à télécharger : affiche séminaire Master ancienne def

[1] Ce phénomène a été mis en lumière par F. Poland, Geschichte des griechischen Vereinswesens, Leipzig, 1909, p. 518 et 527.

[2] P. Fröhlich, P. Hamon (éds.), Groupes et associations dans les cités grecques (IIIe siècle av. J.-C.-IIe siècle apr. J.-C.), Actes de la table ronde de Paris, INHA, 19-20 juin 2009, Genève, 2013 ; N. Belayche, S. C. Mimouni (éds.), Les communautés religieuses dans le monde gréco-romain. Essais de définition, Turnhout, 2003 ; U. Egelhaaf-Gaiser et A. Schäfer (éds.), Religiöse Vereine in der römischen Antike, Tübingen, 2002 ; P. Harland, Associations, Synagogues and Congregations. Claiming a Place in Ancient Mediterranean Society, Minneapolis, 2003 ; I. Arnaoutoglou, Thusias heneka kai sunousias. Private Associations in Hellenistic Athens, Athènes, 2003.

[3] P. Frölich, P. Hamon, « Introduction. Histoire sociale et phénomène associatif dans les cités grecques d’époque hellénistique et impériale », P. Fröhlich, P. Hamon, op. cit., p. 14-15.

[4] S. Loppenborg, S. G. Wilson (éds.), Voluntary Associations in the Graeco-Roman Wolrd, Londres-New York, 1996, cf. S. Maillot, « Les associations à Cos », P. Fröhlich, P. Hamon, op. cit., p. 199.

[5] T. Boulay, « Les « groupes de référence » au sein du corps civique de Téos », P. Fröhlich, P. Hamon (éds.), op. cit., p. 252 : « À la suite de H. H. Hyman [« The Psychology of Status », Archives of Psychology, p. 269, 1942] et de R. K. Merton [Élément de théorie et de méthode sociologique, Paris, 1965, p. 240], il faut d’emblée distinguer deux types de groupes, les groupes d’appartenance et les groupes de références, c’est-à-dire d’une part les groupes auxquels on appartient de fait […] et les groupes qui peuvent être choisis, auxquels on souhaite appartenir et qui peuvent devenir de nouveaux groupes d’appartenance ».


1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *