Parution – Les abbayes martiniennes

Bruno Judic (dir.)

ISBN 978-2-7535-2134-6
PUR – Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2012, tome 119 – n°3
Actes du colloque Les abbayes martiniennes en Europe, Tours, université,  7 et 8 novembre 2008

Pour commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur et consulter l’introduction ainsi que la table des matières

 

 Saint abpo_couv_119_3Martin est crédité de la première fondation monastique en Occident, à Ligugé. On sait qu’il fonda aussi Marmoutier pour poursuivre la vie monastique tout en étant évêque de Tours. Mais que signifiait ce « monachisme » martinien ? Le monasterium n’est-il pas simplement un ermitage, le lieu de vie d’un solitaire ? Or Sulpice Sévère rapporte aussi la présence de compagnons, sur un modèle déjà connu dans l’Orient méditerranéen. D’ailleurs, dans les dernières décennies du ive siècle, Eusèbe, évêque de Verceil en Italie du Nord, et Augustin, à Hippone, encouragèrent aussi autour d’eux une forme de vie « monastique ». Martin a clairement joué un rôle de pionnier mais peut-on parler d’un « monachisme martinien » ? Peut-on parler d’« abbayes martiniennes » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *