Journée d’études – Voisinage, voisiner (3)

Voisinages rêvés, voisinages imaginés

Tours / 9 mars 2016 / université François-Rabelais / site Tanneurs, BU 5e étage / 10h – 17h

Journée organisée par Laurent Besse (CeTHiS-HiViS)

Troisième du cycle « voisinage », cette journée est consacrée aux représentations du voisinage, en particulier à celles qui visent à faire de la co-résidence une coexistence désirée, idéalisée, susceptible même éventuellement de transformer les rapports sociaux.Affiche Voisinage 3

 « On ne choisit pas sa famille… » Choisit-on ses voisins ? A défaut de pouvoir toujours mettre en œuvre des stratégies de choix du « bon » voisin, on peut au moins rêver d’un voisinage sinon idéal, du moins idéalisé. Le voisinage est alors envisagé comme un moyen, conscient ou non, d’abolir les distances sociales au sein d’un groupe de co-résidents.  Ce rêve peut être celui d’une homogénéité sociale renforcée comme dans le cas des communautés utopiques ou dans le rêve d’un « bon » voisinage, par élection/sélection comme dans les clubs résidentiels. Mais ce peut-être également celui d’une hétérogénéité sociale, en espérant atténuer les clivages sociaux par la co-présence, comme dans les aspirations contemporaines à la mixité sociale, exprimées à travers les politiques urbaines ou les désirs de certains groupes sociaux. Ces rêves comportent toujours l’aspiration à un monde sinon clos, du moins délimitable, fortement marqués aux XIX et XXe siècles par une nostalgie villageoise. Sur la plus longue durée, on notera également l’importance du modèle paroissial. On rappellera à ce sujet qu’étymologiquement la paroisse est le groupe d’habitations voisines.  L’imprégnation religieuse se retrouve d’ailleurs dans l’exemple le plus achevé de voisinage rêvé devenu partiellement réalité dans l’après-Seconde guerre mondiale, les lotissements Castors auto-construits par des militants catholiques, édifiant une communauté de voisins.

Ces rêves seront envisagés sous deux aspects complémentaires. Ce sont d’abord ceux d’acteurs qui font consciemment du voisinage une modalité possible d’action sur l’ordre social, que ce soit pour le subvertir ou pour le consolider. On interrogera la représentation du voisinage chez les socialistes utopiques du XIXe siècle pour examiner l’importance de la dimension résidentielle et le degré de confusion entre voisinage et communauté.  C’est un autre rêve de communauté résidentielle qui sera étudié à  travers les projets des centres sociaux dont la revue s’est intitulée un temps (1945-1958) « Nos voisins nos amis » et qui hésitent entre rêve villageois et « l’unité de voisinage », des technocrates planificateurs. Le voisinage est envisagé ici comme manière de pacifier les relations entre les classes.

A côté de ces représentations conscientes répondent les rêves en apparence moins spontanément politiques d’individus qui rationalisent leur situation résidentielle présente ou future :  rêves du bon voisin à travers la recherche du co-résident idéal par petites annonces dans le Paris de la fin du XVIIIe siècle, la représentation idéalisée du voisinage des années 1960-1970 par les pavillonnaires de la banlieue parisienne qui visent à minorer les différences objectives entre voisins de statuts différents bien que relativement proches.

Pour consulter le programme : Affiche Voisinage 3

Voir la présentation du cycle Voisinage sur le site du CeTHiS (portail de l’université)

Illustration :

La Fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central – Photographie anonyme, 1909

Familistère de Guise (inv.2006-33-1)  – http://www.familistere.com/category/ressources/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *