Journée d’études – Se perdre en ville

séminaire semestriel du CeTHiS, organisé par Stéphanie Sauget (CeTHiS/HiViS)

mardi 20 octobre / Tours / université François-Rabelais / BU, 5e étage / 10h – 16h

L’image des villes « lieux de perdition » est sans doute aussi ancienne que cette forme très particulière d’organisation de l’espace et du territoire qu’est la ville. Pourtant, affiche Se perdre en ville 20-10-15aujourd’hui, les villes sont vues comme des principes organisateurs de l’espace dont on cherche à accentuer la visibilité et l’identité par des politiques de marquage visuel (tels que la « starchitecture » ou le marketing territorial). On ne doit plus pouvoir « se perdre dans les villes » aujourd’hui et pourtant, cette question intéresse les grandes entreprises de mobilité (comme la RATP) et mobilise pour le moment surtout les géographes.

Dans le langage courant, « se perdre en villes » peut prendre acceptions très différentes les unes des autres :

~         L’expression renvoie d’abord peut-être à la perte des repères spatiaux : elle est synonyme de désorientation, de non-reconnaissance et d’étrangeté au moment de l’arrivée, du retour après une longue absence (pour les permissionnaires par exemple ou les exilés) ou pour des étrangers qui ne connaissent pas les codes, les coutumes, la langue ;

~         Elle signifie aussi plus profondément, et d’un point de vue plus anthropologique mais aussi plus moral, la perte des racines, la ville devenant le lieu du déracinement, de l’anonymat, de la désaffiliation et donc le lieu par excellent de « décivilisation » ou, lorsque c’est organisé par l’État, de « dyscivilisation » (Abram de Swann à propos du nazisme).

~         Mais « se perdre » peut aussi renvoyer à des pratiques de mobilité nouvelles à la recherche de l’étrangeté, du nouveau, du risque : du goût pour la flânerie, pour l’errance urbaine jusqu’aux phénomènes de vagabondages urbains et de pratiques de bandes.

~         Enfin, on peut voir à l’œuvre dans l’histoire et sur la longue durée la mise en place de politiques de stabilisation des populations, de fixation des errants urbains, de normalisation, d’éducation, de quadrillage et de codification de l’espace urbain.

On touche donc aux représentations, aux perceptions, à l’imaginaire et aux pratiques urbaines. L’espace urbain apparaît comme le lieu par excellence d’imposition de discours normatifs et moralisateurs.

Intervenants :

  • Christine Bousquet (Tours) : Les amours en ville : perdre son corps, perdre son âme ?
  • Simon Gwendal (École d’Urbanisme de Paris & SHS – Université Paris Est) : « Se perdre en ville… dans un monde qui nous fait des avances » Un regard de touristes.

Une idée couramment admise est de dire que l’inconnu spatial participe à structurer les circulations urbaines des touristes et les fragiliserait dans leur rapport à la ville. En illustrant un ensemble de désaccords avec l’environnement urbain par cette nécessité de décoder l’espace, ils susciteraient la désorientation. Nous discuterons cette idée, en montrant que les touristes, parce qu’ils bénéficient de ressources embarquées et distribuées dans la ville, ne se perdent finalement… qu’ « à moitié ».

  • Ulrike Krampl (Tours) : Traces publiques d’enfants perdus dans le Paris du XVIIIe siècle
  • Sébastien Richez (chargé de recherche au Comité d’histoire de la Poste) :  Trouver le juste lieu : la Poste comme marqueur dans la ville au XXe siècle

Dans la ville, l’institution postale se présente comme l’antidote à l’égarement. Le bureau de poste, historiquement central, et les boîtes aux lettres placées comme les cailloux blancs du Petit Poucet, fonctionnent comme des balises pour le quidam. Les facteurs sont précisément mus par leur fil d’Ariane qu’est l’adresse : grâce à un savoir-faire propre et une fine connaissance des lieux, leur tournée s’effectue quasiment les yeux fermés, immergés qu’ils sont dans la ville en effervescence.

  • Stéphanie Sauget (Tours) : Les maladies de l’espace et les pathologies urbaines

Télécharger le programme de la journée : affiche Se perdre en ville 20-10-15

Consulter la présentation du projet transversal Se perdre en ville


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *